mormon.org Monde entier

Bonjour, je m’appelle Юлия (Yulia)

  • Yulia Dobrovolskaya
  • Yulia Dobrovolskaya
  • Yulia Dobrovolskaya
  • Yulia Dobrovolskaya
  • Yulia Dobrovolskaya
  • Yulia Dobrovolskaya
  • Yulia Dobrovolskaya
  • Yulia Dobrovolskaya

À propos de moi

J’aime cuisiner, jouer au tennis de table et nager. J’aime peindre à l’aquarelle et broder. J’étudie les langues étrangères. Je compose de la musique. J’ai trois enfants. J’ai un diplôme en musique. En ce moment, je suis la directrice de musique d’un groupe de jeunes musiciens. Ils sont doués. Mon travail avec eux est une source d’inspiration et de bonheur. Toute ma vie, j’ai été entourée par la musique. C’est mon domaine de création. Ces musiciens sont mes amis et nous avons la même vision de la vie. C’est un travail difficile, mais il m’apporte beaucoup de joie. J’aime les enfants. Ils sont différents, mais si actifs, curieux et déterminés. Ils aiment tellement apprendre de nouvelles choses sur le monde. Nous apprenons et nous jouons ensemble. Quand ils trouvent un intérêt et s’amusent, les enfants font de belles découvertes, accumulent les victoires et les accomplissements. J’aime me perfectionner et faire travailler mon esprit.

Pourquoi suis-je mormon(e) ?

Mes ancêtres m’ont légué un riche héritage de foi. En étudiant ma généalogie, j’ai appris comment ils étaient, ce qu’ils faisaient, qui étaient leurs amis, et quelle réputation ils avaient. J’ai ressenti un réel bonheur quand j’ai découvert que j’appartenais à une famille noble et digne ayant des principes moraux élevés. En écrivant des anecdotes sur mes ancêtres, je pouvais clairement voir des traits de caractères précis, qui passaient invariablement de génération en génération, et qui ont une grande valeur à mes yeux. J’ai appris que l’Évangile a une grande influence sur notre vie. Il ne garantit pas l’absence de problèmes, tels que la maladie, la perte d’un travail, l’hostilité de certains groupes de gens, etc Mais quand je vis l’Évangile, je trouve en moi la force de surmonter les obstacles, d’accepter les choses difficiles et incompréhensibles qui m’arrivent, et de les voir comme une chance de devenir meilleure et de m’épanouir. Je sais qui je suis. Je suis une fille de Dieu. Je lui ai confié ma vie. Ce n’est pas une confiance aveugle, mais je m’assure avec lui de la route que je prends. Je ne demande pas à Dieu de faire pour moi ce pour quoi je ne suis pas prête à consacrer mon temps et mes efforts. Je considère ma vie, et la vie des membres de ma famille comme un don précieux ; je la chéris, et je souhaite la remplir uniquement de choses qui me laisseront de bons souvenirs. Quand, plus tard, je regarderai mon passé, je veux être satisfaite de la route que j’aurais suivie et de mes accomplissements, je ne veux pas avoir de regrets, je ne veux pas avoir gâché ma vie. J’aime Dieu. L’Église a aidé ma famille à passer des périodes difficiles. Elle nous soutient aujourd’hui. Dans cette Église, j’ai acquis la merveilleuse et précieuse connaissance que les familles peuvent être ensemble à jamais. Cette connaissance est extraordinaire, elle nous rend responsable ; c’est pour toute l’éternité !

Comment je vis ma foi

L’une des expériences les plus mémorables de ma vie de chrétienne est liée à ma ville natale. Un jour, on m’a confié la tâche de former un comité pour apporter une aide bénévole à notre administration locale en s’occupant des parcs et des autres lieux de loisir. C’était nouveau pour moi. Cela a été une occasion de démontrer les grands principes moraux que nous vivions chez moi et à l’Église, avec les personnes qui nous entouraient, et de leur faire savoir que nous étions chrétiens, en acceptant l’invitation du Seigneur de « servir notre prochain ». Nous avons trouvé les bons mots, rencontré des fonctionnaires, et fixé des dates pour des activités communes avec nos membres. Quelle joie nous avons ressentie en voyant toutes les familles, les jeunes et les personnes plus âgées, unis dans ce beau service pour leur ville natale ! Le travail était bien organisé et s’est fait dans la joie. Nous avons entendu beaucoup de commentaires positifs disant que leur ville devenait plus propre et plus attrayante. Tout le monde a été content du résultat ! J’ai eu la possibilité d’enseigner les jeunes filles de notre paroisse. Elles ont toutes une éducation et un caractère différents, et elles sont jeunes, mais elles ont beaucoup de bonnes d’expériences. C’est incroyable de voir comment les conseils qu’elles reçoivent pendant les leçons les aident à avoir une meilleure estime de soi et à réaliser qu’elles sont uniques. Les filles apprennent à aimer leur famille et à s’y sentir bien. Elles développent leurs talents ; réfléchissent profondément aux buts et aux priorités de leur vie. Dans leur jeunesse, elles trouvent la force d’éviter les drogues, l’alcool et le tabac, la pornographie et la vulgarité, de perdre leur temps sur les réseaux sociaux et l’Internet. Elles s’habillent pudiquement et avec goût, écoutent de la bonne musique, elles sont une bonne influence pour leurs amis. Je suis fière de leurs réussites et de leurs accomplissements ; j’admire leur amour de la vie, leur amitié, et la façon dont elles avancent, confiantes, dans la vie. Ces filles peuvent accomplir beaucoup dans les familles et la société.