mormon.org Monde entier

Bonjour, je m’appelle Rob

  • Robert Comstock
  • Robert Comstock
  • Robert Comstock
  • Robert Comstock
  • Robert Comstock
  • Robert Comstock
  • Robert Comstock
  • Robert Comstock

À propos de moi

Je suis un père seul dont la plus grande bénédiction et la plus grande joie sont l’amour et l’amitié qui nous unit, mes deux fils de onze et quinze ans et moi. Je côtoie des personnes intéressantes et talentueuses dans l’industrie de la mode. Mon travail, même si je le définis rarement ainsi, demande de la créativité et une bonne logistique, ce qui peut être extrêmement difficile, mais aussi gratifiant pour un esprit compétitif comme le mien. Je me ressource dans la nature, et j’ai l’occasion unique de participer à des expéditions et des missions de protection à travers le monde.

Pourquoi suis-je mormon(e) ?

Tout d’abord, je vois ma relation avec la « famille humaine » et les points communs qui nous unissent. J’ai remarqué que dans tous les « ismes », il y a des gens qui ont besoin de croire qu’ils ont raison alors que les autres ont tort. Pour moi, ce qui compte ce n’est pas d’avoir raison ou tort, le plus important est d’apprendre à sacrifier sa propre volonté à celle d’un Créateur aimant et miséricordieux, et en faisant cela, de trouver la force et la capacité d’aimer les autres comme soi-même. Les Mormons croient que la divinité est composée de trois personnages distincts, ayant le même objectif, dont les recommandations sont transmises par un prophète vivant et douze apôtres. Cette croyance pertinente me touche personnellement. Bien qu’incapable de comprendre la splendeur de sa nature, je vois Dieu comme un Père éternel bien réel. Le don le plus précieux qu’il m’ait fait, mis à part ma vie, est la capacité de faire mes propres choix éternels, en étant guidé par l’exemple parfait et le sacrifice de son fils, le Sauveur Jésus-Christ. Les révélations modernes m’apportent des éclaircissements sur l’importance de la vie et m’aident à comprendre ma relation personnelle avec Dieu. C’est important d’avoir une connexion rétablie entre un Sauveur plein d’empathie, qui prêcha son Évangile et établit son Église au midi des temps, et aujourd’hui, une organisation centrée sur lui, établie par ce même Dieu ressuscité. Cette magnifique condescendance, par laquelle le Rédempteur prit sur lui les faiblesses d’un corps mortel pour atteindre une empathie parfaite pour nos difficultés physiques, me fournit une boussole divine pour guider mes choix. On m’a enseigné depuis ma jeunesse que je peux parler à Dieu directement, comme l’a fait un jeune garçon du nom de Joseph Smith en 1820. Je crois que ce jeune garçon a effectivement conversé avec Dieu et son Fils, et qu’il a reçu une réponse à sa prière comme les prophètes avant lui. Il en résulte, près de deux cents ans plus tard, une Église rétablie comme à l’origine, vivante et active. L’Église de Jésus-Christ des saints des derniers jours n’est pas une Église pour les mormons, mais une organisation rétablie pour servir tous les hommes, les femmes et les enfants qui croient en une intercession divine et directe des bénédictions de la prêtrise, des directives des lois divines, et une communication claire par la révélation continue. Ce qui me rassure particulièrement, c’est que l’on peut obtenir un témoignage spirituel de ces vérités en priant sincèrement et en étudiant attentivement le Livre de Mormon, l’Ancien et le Nouveau Testaments, et les révélations données actuellement.

Histoires personnelles

Comment pouvons-nous avoir une plus grande harmonie dans notre foyer ?

L’harmonie commence avec soi-même, puis rejaillit sur les personnes et enfin sur le groupe. L’harmonie au foyer découle du temps que nous consacrons à méditer et réfléchir sur ce que nous désirons le plus pour nous-mêmes et notre famille. Cet investissement donne une ligne directrice et une perspective utile pour notre vie en ces temps difficiles. Un foyer a besoin de règles ; si la famille les gère et les applique d’une manière juste et cohérente, elle sera protégée des influences extérieures indésirables. Mon père possédait une qualité rare, particulièrement utile pour gérer les crises : au lieu d’imposer ses pensées subjectives ou ses opinions préexistentes, il cherchait d’abord à comprendre les autres. Quand je fais l’effort de me mettre à la place de mon fils, je ne pense pas qu’à moi et je ne me sens pas personnellement offensé, ainsi je suis capable de régler les problèmes beaucoup plus objectivement et pour le bien de la famille. Quand un parent donne du temps et sa confiance à son enfant, il favorise l’estime de soi et la prise de conscience de sa propre importance. Je me suis aperçu qu’afin de m’adapter à la dynamique en constante évolution au sein de ma famille, avoir des entretiens individuels et tenir des conseils de famille avec mes fils est vital pour la bonne communication et le bien-être général. C’est particulièrement enrichissant d’un point de vue personnel. Il faut décider ensemble que, pendant ces conseils, chacun doit pouvoir exprimer ses pensées et ses soucis sans craindre de représailles. Le résultat immédiat ne sera pas toujours l’harmonie, mais si l’expérience est renouvelée et prise au sérieux, les membres de la famille commenceront à communiquer et, en temps voulu, un climat plus paisible et aimant s’installera.

Comment je vis ma foi

Ma foi émane d’un sens inné d’appartenance nourri par des parents aimants et des mentors attentifs. Je la vis pour moi-même, mais ce choix est renforcé par le vif sentiment de responsabilité que j’ai envers mes fils. Elle est renforcée par la bonté naturelle qui se manifeste dans les groupes culturels et ethniques que j’ai eu la chance de connaître, et des générations qui respectent ce que leurs ancêtres ont voulu léguer, et qui ont fait des sacrifices pour que leurs enfants aient la même chose, voire plus. C’est souvent de mes propres erreurs que j’apprends le plus. L’âge venant, ma foi est renouvelée par les successions continuelles de joies et de difficultés. Ces expériences me poussent à réfléchir aux bénédictions présentes ainsi qu’à celles qui étaient passées inaperçues. J’affronte les nouvelles difficultés plein d’espoir, désireux d’être moins enclin à porter des jugements, en me concentrant sur ce que je peux changer chez moi.