mormon.org Monde entier

Bonjour, je m’appelle Jarem

  • Jarem Frye
  • Jarem Frye
  • Jarem Frye
  • Jarem Frye
  • Jarem Frye
  • Jarem Frye
  • Jarem Frye
  • Jarem Frye

À propos de moi

Travail : Je suis le fondateur et le président de SymBiotechs USA, société de conception et de fabrication de prothèses. Je suis un rescapé du cancer et j’ai été amputé au-dessus du genou. Je crée et fabrique des produits permettant aux amputés comme moi de pratiquer des activités autrefois considérées comme impossibles : le snowboard, le wakeboard, le ski, l’escalade, etc. Le plus difficile avec mon cancer a été de perdre ma « normalité », la faculté de faire des choses qui tenaient déjà une grande place dans ma vie. La faculté de recommencer à vivre normalement est mon remède contre les pires aspects du cancer. J’aime à penser que c’est tout aussi important pour les patients qui nous disent que nous leur avons aussi redonné leur vie. Parmi ces patients, nous avons des rescapés du cancer, des soldats blessés dans l’exercice de leurs fonctions, des adeptes des sports extrêmes qui ont dû être amputés, et d’autres personnes de par le monde. Accomplissements personnels : À l’aide des produits que j’ai conçus, je suis moi-même devenu le premier amputé au-dessus du genou au monde à pratiquer le télémark, l’escalade de haut niveau et le wakeboard. Et, ce qui me réjouit davantage, c’est que j’ai monté une entreprise qui apporte des bénédictions à des gens dans le monde entier ! J’ai rendu possible des choses qui, m’a-t-on dit, ne seraient jamais à la portée d’un amputé. Maintenant, d’autres amputés dans le monde entier font des choses impossibles avec moi. Ces exploits sont tous des bénédictions merveilleuses que je n’aurais jamais pu avoir sans l’intervention de Dieu. Famille : Jamais je ne pourrai assez remercier mes parents de tout ce qu’ils ont fait pour moi. Ils ont tous les deux consacré à leurs enfants une quantité impressionnante de temps pour les instruire, les inspirer et tout simplement les aimer. Mon épouse est la femme la plus extraordinaire que je connaisse ! J’ai eu un coup de foudre pour elle, avant même de la voir. Je me faisais couper les cheveux chez l’une de ses amies quand elle est entrée. Dès que j’ai entendu sa voix, mon cœur a fait un bond dans ma poitrine et les secondes qui ont suivi m’ont paru une éternité tant j’étais impatient de voir son visage. Elle a fait le tour de mon fauteuil pour dire bonjour et tous mes soupçons étaient confirmés. J’ai commencé à la courtiser dès ce soir-là. Nous avons eu ensemble deux garçons géniaux et nous en attendons un autre. Ma famille est ma plus grande source de joie et une véritable bénédiction des cieux. Avenir : Je vais continuer à concevoir des prothèses qui ouvriront aux amputés la possibilité de mener une vie active et de participer pleinement à la vie professionnelle, aux loisirs et à la vie de leur famille. Je travaille à bâtir une entreprise qui, non seulement, produit des accessoires qui permettent à l’impossible de devenir une réalité, mais qui encourage aussi les gens à croire en leurs possibilités. Je travaille aussi à la conception de prothèses pour les besoins spécifiques des pays du tiers monde tout en continuant à explorer des prothèses plus élaborées pour les pays modernes. Philosophie : Ne soyez jamais gêné de recevoir un compliment et ne le repoussez jamais en essayant d’être humble. Tout compliment que vous recevez est un don de Dieu. Si vous niez que vous êtes digne d’un compliment, vous niez les dons de Dieu. Acceptez les louanges telles qu’elles arrivent mais rendez toujours grâce à Dieu et remerciez-le en toutes choses.

Pourquoi suis-je mormon(e) ?

Je suis saint des derniers jours (mormon) parce que je crois que Dieu aime toujours ses enfants et que, dans le monde d’aujourd’hui, nous avons plus que jamais besoin de lui dans notre vie ! Je sais qu’un Dieu qui a de tout temps révélé ses vérités et guidé ses enfants à travers les difficultés de la vie ne nous laisserait pas livrés à nous-mêmes, en espérant que nous trouverons la bonne « opinion » de sa parole parmi les milliers de croyances et d’interprétations. Je sais que Jésus-Christ est mon Sauveur et qu’il a appelé des prophètes à notre époque comme il l’a fait du temps de la Bible. Pourquoi ne l’aurait-il pas fait ? Ce monde a plus besoin que jamais de son inspiration directe ! Je crois que Joseph Smith était un prophète tout comme Moïse et que notre prophète actuel, Thomas S. Monson, en est un également. J’ai acquis cette connaissance en étudiant soigneusement le Livre de Mormon et de la Bible et en priant sincèrement notre Père céleste.

Histoires personnelles

Pourquoi les mormons font-ils des missions ?

Vers la fin de ma mission, j’ai rencontré une dame qui étudiait les enseignements de l’Église depuis neuf ans. Dans le même temps, elle s’était sérieusement intéressée à plusieurs autres religions. Quand elle nous a annoncé qu’elle voulait se faire baptiser, elle a dit qu’elle souhaitait me poser d’abord quelques questions. Sa première question m’a pris de court. « Est-ce que votre père fait de la menuiserie ? » m’a-t-elle demandé. « Oui », ai-je répondu, pensant que sa question était bien étrange. « Avez-vous jamais travaillé avec lui à l’atelier quand vous étiez plus jeune ? » m’a-t-elle demandé ensuite. J’ai répondu à nouveau que oui et je me suis demandé pourquoi elle posait des questions auxquelles elle semblait déjà connaître la réponse. La question suivante m’a interloqué. « Est-ce que vous portiez une chemine en flanelle rouge et blanche lorsque vous travailliez à l’atelier avec votre père ? » Elle voyait bien que j’étais surpris par sa question. Mon grand-père était décédé environ dix ans auparavant. J’avais conservé l’une de ses chemises pour la porter à l’atelier quand mon père et moi fabriquions un modèle réduit de voilier pendant les deux semaines que nous passions là à nous occuper de sa propriété. Je me suis demandé si elle avait fait faire des recherches sur ma famille, à des océans de distance, et appris ainsi des choses de mon passé. Voyant combien j’étais perplexe, elle a continué : « Je devrais vous dire pourquoi je vous pose ces questions. Il y a neuf ans, la première fois que j’ai rencontré les missionnaires saints des derniers jours et que j’ai lu le Livre de Mormon, j’ai demandé à Dieu si je devais me joindre à cette Église. Après ma prière, je me suis allongée silencieusement dans mon lit. J’ai fermé les yeux et une image m’est venue à mon esprit. J’ai vu un père et un fils, travaillant dans un atelier de menuiserie. Le garçon était jeune et portait une chemise en flanelle rouge et blanche. Je n’ai pas entendu de voix mais j’ai été envahie par un bon sentiment et j’ai eu l’impression que ce garçon serait le missionnaire qui me baptiserait ! Je ne savais pas que cela prendrait neuf ans mais quand vous êtes arrivé à la porte, j’ai su que vous étiez ce garçon ! » Nous sommes entrés dans les eaux du baptême, le tout dernier jour de mes deux années de mission en Angleterre. C’est si enrichissant de voir d’autres personnes éprouver le bonheur que j’ai éprouvé ! Je ne connais pas de meilleure raison de servir les autres que de partager leur joie et de savoir que notre Sauveur se réjouit pour chacune des âmes qui lui est amenée, comme cette sœur. Nous partons en mission parce que nous aimons le Sauveur Jésus-Christ et parce que nous aimons nos frères et sœurs d’esprit.

Comment je vis ma foi

À l’âge de quatorze ans, on a découvert que j’avais un cancer des os dans la jambe gauche. Les deux années suivantes, j’ai fait séjours à l’hôpital pour de la chimiothérapie et neuf opérations chirurgicales, dont l’amputation de ma jambe gauche, au-dessus du genou. Tout ce qui me préoccupait à quatorze ans était de rester actif et d’être « normal ». À l’école, les jeunes qui ne savaient pas pourquoi je n’avais pas de cheveux me traitaient de skinhead et me menaçaient. Ceux qui pensaient que le cancer était contagieux m’évitaient et j’étais victime de nombreuses autres réactions. J’essayais de rester positif en me disant souvent que si Dieu avait un plan pour moi, je n’avais pas besoin de m’inquiéter du reste. Cette foi enfantine me manque. Elle est très difficile à conserver lorsque la vie se complique. Après mon cancer, on m’a souvent demandé : « ça a dû être horrible ? » Ou bien : « Tu n’étais pas complètement découragé pendant cette épreuve ? » J’ai repensé aux nuits d’hôpital, où je savais que j’allais être amputé et où tout ce que j’espérais c’était rester en vie. Mais je n’ai pas eu ces fardeaux émotionnels. J’en ai compris la raison, un jour, en lisant le Livre de Mormon. Parlant de la venue du Christ, le prophète Alma a écrit : « Et il ira, subissant des souffrances, et des afflictions, et des tentations de toute espèce ; et cela, afin que s’accomplisse la parole qui dit qu’il prendra sur lui les souffrances et les maladies de son peuple » (Alma 7:11). J’ai compris que ma confiance toute simple au Sauveur m’avait épargné les fardeaux de ma maladie grâce à l’Expiation ! Je n’avais jamais compris jusque-là que l’Expiation infinie non seulement me sauvait du péché mais aussi me délivrait de la tristesse, du désespoir, de la maladie et de la souffrance. Depuis, j’essaie de me souvenir de ce principe simple et d’appliquer l’expiation du Christ à tous les aspects de ma vie. Tous les aspects de ma vie ont été une bénédiction de Dieu ! Je crois qu’il a des bénédictions sans nombre pour chacun de nous. Certaines sont déguisées en épreuves et beaucoup sont difficiles à reconnaître comme étant des bienfaits. Mais, avec son aide, et juste un peu de foi de notre part, des bénédictions inimaginables nous sont accessibles. Tout comme n’importe qui partagerait ce qui lui a apporté beaucoup de bénédictions, j’essaie d’apporter aux autres la joie que me donne le Sauveur en espérant qu’ils trouveront, à leur tour, la même joie et le même secours que moi.