mormon.org Monde entier

Pourquoi les mormons font-ils des baptêmes pour les morts ?

Réponse officielle

Jésus lui-même, bien que sans péché, s’est fait baptiser pour accomplir toute justice et pour montrer le chemin à toute l’humanité (voir Matthieu 3:13-17; 2 Néphi 31:5-12). Ainsi, le baptême est essentiel au salut dans le royaume de Dieu. Le Nouveau Testament indique que des baptêmes pour les morts étaient accomplis à l’époque de l’apôtre Paul (voir 1 Corinthiens 15:29). Cette ordonnance a été rétablie lors de l’établissement de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours. Joseph Smith, le prophète, a enseigné pour la première fois l’ordonnance du baptême pour les morts pendant un discours de funérailles en août 1840. Il a lu une grande partie de 1 Corinthiens 15, notamment le verset 29, et il a annoncé que le Seigneur permettrait aux membres de l’Église d’être baptisés par procuration pour leurs amis et les membres de leur famille qui avaient quitté cette vie. Il leur a dit : « Le plan du salut a été calculé pour sauver toutes les personnes qui sont disposées à obéir aux exigences de la loi de Dieu » (Journal de l’histoire de l’Église, 15 août 1840).

Comme toutes les personnes qui ont vécu sur terre n’ont pas eu l’occasion de se faire baptiser par l’autorité appropriée pendant leur séjour sur terre, les baptêmes peuvent être accomplis par procuration, c’est à dire qu’une personne vivante peut se faire baptiser par procuration pour une personne décédée. Les baptêmes pour les morts sont accomplis par des membres de l’Église dans des temples partout dans le monde. Il est arrivé que des personnes se demandent si la dépouille des défunts pouvait être dérangée d’une quelconque manière dans ce processus ; il n’en est rien. La personne qui agit par procuration utilise seulement le nom du défunt. Pour éviter un travail en double, l’Église conserve un registre des personnes décédées qui ont été baptisées. Certaines personnes ont compris à tort que lorsque des baptêmes pour les morts sont accomplis, les noms des personnes décédées sont ajoutés sur les listes de membres de l’Église. Tel n’est pas le cas.