mormon.org Monde entier

Bonjour, je m’appelle Denny

  • Denny Hancock
  • Denny Hancock
  • Denny Hancock
  • Denny Hancock
  • Denny Hancock
  • Denny Hancock
  • Denny Hancock
  • Denny Hancock

À propos de moi

Ma femme, Leslie, et moi avons cinq enfants, huit petits-enfants plus d’autres en route. Nous aimons le nord-ouest des États-Unis, le ski, le ski nautique, le bateau etc. Nos enfants sont notre joie. Je dirige des foyers d’accueil pour femmes et enfants, ainsi qu’un programme visant à réunir les sans-abri à leur famille. Leslie et moi nous occupons de Mamma’s Hands depuis plus de vingt ans et nous avons été témoins de nombreux miracles dans la vie des gens aussi bien que dans la nôtre. J’aime la musique, et je joue de la guitare, du piano, de la trompette et de l’harmonica depuis si longtemps maintenant que je devrais le faire parfaitement, mais je n’en suis pas encore là. Leslie et moi nous sommes mariés en 1976. Nous avons eu des difficultés financières dès le début. Je posais de la moquette et Leslie restait à la maison avec les enfants. Après quelques gros revers de fortune, je ne voyais plus le bout du tunnel. C’est à ce moment-là que j’ai rencontré deux sans-abri qui allaient changer ma vie. Voir leurs difficultés m’a aidé à apprécier le cadeau merveilleux qu’est la famille et que j’avais reçu en abondance. C’est à ce moment-là que ma vie professionnelle a pris une orientation différente. Après plusieurs années, je me suis retrouvé à diriger des foyers d’accueil et à travailler dans la rue. Les enfants étant tous à l’école, Leslie a trouvé un travail à temps partiel dans l’immobilier. Elle est l’une des plus meilleurs agents immobiliers de la région de Seattle depuis plusieurs années maintenant, ce qui me permet de faire ce que je fais le mieux. J’ai une vie magnifique. Je fais aussi la classe aux enfants de cinq ans à l’Église, les CLB B. J’aime beaucoup et oui, je suis mormon.

Pourquoi suis-je mormon(e) ?

Je suis né dans une famille mormone. J’ai grandi entouré d’amour, de rires, de frères et sœurs et de tout ce qui est inhérent à une famille de sept enfants, avec une maman, un papa et un chien. Quand j’étais enfant, c’était simple. J’étais mormon parce que maman et papa étaient mormons. Je me souviens que, quand je suis parti à l’université, je me suis retrouvé seul à l’Église, me demandant ce que je faisais là. C’est alors que j’ai réellement prié pour la première fois, de tout mon cœur, demandant à Dieu si tout ce que j’avais toujours supposé était vrai. Après avoir prié, je me suis senti bien, et je me suis dit que je recommencerais peut-être quand je serais seul chez moi. J’étais assis, essayant d’écouter les discours, quand soudain tout mon corps m’a paru très léger, mon cœur était empli d’amour et je ne savais pas vraiment pourquoi. Des larmes ont coulé sur mes joues et je compris que j’avais eu la bénédiction de recevoir le début de mon témoignage personnel. Je repense souvent à ce jour-là, et je me dis que je suis toujours en train d’essayer d’être l’homme que Dieu veut que je sois. J’aime ma vie, j’aime savoir que ma famille est une famille éternelle, que ma joie est réelle et que l’amour de Dieu est réel. Je prie toujours pour mon témoignage personnel, aussi bien que pour le témoignage de mes êtres chers et de tous les gens qui recherchent la vérité.

Histoires personnelles

Qu’est-ce que l’espérance et en quoi la plaçons-nous ?

C’est l’espérance qui nous élève au-dessus des profondeurs du désespoir. L’espérance nous donne la force de surmonter les drames de la vie. L’espérance est un don que l’on peut faire à quelqu’un qui l’a perdue. L’espérance peut apporter de la joie bien avant la guérison. Quand on la transmet, l’espérance apporte de la force aux autres, à la collectivité, aux villes, aux nations, au monde. L’espérance est puissante, même sous sa forme la plus faible, et elle est irrépressible à son plus haut degré, et les deux peuvent s’unir en un éclair.

Pourquoi/comment parlez-vous de l’Évangile à vos amis ?

Je rends service à beaucoup des qui sont dans le plus grand besoin dans notre collectivité. Je travaille côte à côte avec beaucoup d’amis et de voisins. C’est un excellent moyen de présenter l’Évangile. On m’a posé énormément de questions sur les Mormons sans que j’aborde moi-même le sujet. Je n’ai aucune gêne à dire que je suis mormon, et j’aime répondre ou tenter de répondre aux questions sur l’Église. À ce moment-là, c’est facile de présenter les missionnaires.

Comment je vis ma foi

Je travaille avec des gens qui ont tellement de difficultés qu’ils sont incapables de trouver un abri. Un grand nombre des femmes que j’aide ont perdu leurs enfants à cause de leur mauvais choix de vie ou pour avoir choisi les mauvais hommes. C’est une vraie joie d’aider un ou une sans-abri à retrouver un foyer. Voir une mère récupérer la garde de son enfant et ensuite apprendre à s’en occuper est aussi une vraie joie. Nous aidons les gens à retrouver leur famille et nous leurs enseignons comment rester ensemble. Je ne peux pas concevoir qu’on m’éloigne de mes êtres chers à cause de ma négligence. À l’Église j’ai travaillé avec les petits pendant de nombreuses années. En ce moment, je suis instructeur pour les CLB B, c’est-à-dire les enfants de cinq ans. Avec un autre frère, nous enseignons à ces enfants les principes de base de l’Évangile. Au début je pensais que ça serait facile, mais je me suis vite rendu compte qu’à cinq ans, ils sont largement assez grands pour que la leçon demande beaucoup de préparation. C’est un âge où ils sont encore pleins d’innocence, mais ils sont aussi assez vieux pour vous faire savoir quand vous n’êtes pas aussi intéressant qu’ils le voudraient. Mais je les aime. Je suis certain d’avoir été un élève intéressant à cet âge.