mormon.org Monde entier

Les commandements
de Dieu

L’aide divine

Vous souvenez-vous de la façon dont nos parents nous enseignaient les règles lorsque nous étions jeunes ? Des règles comme l’interdiction de jouer dans la rue ou de s’amuser avec des allumettes. Vous rappelez-vous à quel point les règles semblaient parfois être un fardeau, comme si nos parents les avaient inventées pour nous empêcher de faire les choses que nous avions vraiment envie de faire : les choses qui, selon nous, devaient nous rendre heureux ? En grandissant, nous apprenons à quel point ces règles sont importantes et combien nous aurions pu être gravement blessés ou même tués si nous n’avions pas obéi.

Tout comme nos parents dans notre enfance, Dieu nous donne des commandements pour nous aider à rester concentrés sur ce qui est le plus important et pour assurer notre sécurité. Tous ses conseils sont là pour nous protéger, nous aider à rester proches de lui et, au bout du compte, nous donner davantage de liberté et de bonheur.

Le mot « commandement » peut nous faire penser aux dix commandements, une liste de « Tu ne dois pas ». Dieu ne nous dit pas seulement ce que nous ne devons pas faire, mais aussi ce que nous devons faire. Il se préoccupe tant de notre bonheur éternel que nous pouvons savoir avec certitude que ses commandements ne sont pas des lois restrictives, mais des conseils divins destinés à nous protéger du danger et à nous aider à mener une vie meilleure.

Les deux grands commandements

Nous obéissons aux commandements de Dieu parce que nous avons le désir de lui montrer notre amour, pour lui, pour nos semblables et pour nous-mêmes. Lorsque Jésus-Christ était sur terre, un homme lui a demandé : « Quel est le plus grand commandement de la loi ? » Jésus a répondu :

Par ces quelques mots, Jésus-Christ nous enseigne que ce qui est au cœur de ces « tu dois et tu ne dois pas », c’est l’amour de Dieu et des gens qui nous entourent. Tandis que vous méditez sur les commandements énumérés ci-dessous, voyez en quoi ils sont liés à ces deux commandements fondamentaux.

Prier souvent

N’importe qui peut prier, n’importe où et n’importe quand. Que nous soyons à genoux, assis ou debout, que la prière soit faite à haute voix ou en silence, à plusieurs ou tout seul, Dieu nous entendra et nous répondra. La prière est si facile et si simple que nous n’apprécions peut-être pas autant que nous le devrions la faveur qu’elle représente. C’est une ligne de communication directe avec notre Père céleste qui veut nous aider dans tous nos problèmes et toutes nos questions. Bien qu’il ne réponde pas toujours immédiatement ou de la façon attendue, nous croyons les Écritures lorsqu’elles disent : « Demandez, et l’on vous donnera; cherchez, et vous trouverez; frappez, et l’on vous ouvrira » (Matthieu 7:7).

On nous commande de prier souvent, car plus nous parlons à Dieu, plus nous sommes prêts à recevoir ses conseils au milieu des difficultés que nous rencontrons. Nous voyons ainsi que les bénédictions découlant de l’obéissance à un commandement dépassent largement les efforts requis.

Étudier les Écritures

La plupart des Écritures datent de plus d’un millier d’années ; nous pourrions nous demander comment le simple fait de les lire nous aide ici et maintenant. Étant donné que la sagesse de Dieu est intemporelle, nous pouvons lire les Écritures et appliquer leurs leçons à notre propre vie. Imaginons que nous venons d’obtenir une promotion au travail : nous sommes enthousiastes, mais craignons aussi de ne pas être à la hauteur. Cette anxiété peut paraître purement profane, il est peu probable que nous trouvions de l’aide dans les Écritures, pourtant l’expérience d’Énoch appelé par Dieu à prophétiser peut être d’un grand secours pour nous qui voulons vaincre la peur. Une fois qu’il a reçu de Dieu la mission de commander au peuple méchant qui l’entourait de se repentir, Énoch demande humblement : « Comment se fait-il que j’aie trouvé grâce à tes yeux, alors que je ne suis qu’un jeune garçon […], car je suis lent à m’exprimer ; pourquoi donc suis-je ton serviteur ? » Le Seigneur rassure Énoch en disant : Moïse 6:31-32

Énoch fait ce que le Seigneur lui commande et il devient un prophète éloquent, permettant ainsi aux gens de changer leur cœur. L’expérience d’Énoch nous enseigne la leçon suivante : tant que nous exerçons notre foi en lui, Dieu nous donne la capacité de faire les choses qui nous semblaient impossibles.

Tout comme il nous est commandé de prier souvent, nous devons aussi étudier les Écritures. Dieu veut que nous lisions ses paroles, parce qu’elles nous font connaître sa volonté, et il est toujours dans notre intérêt de suivre la volonté de Dieu. Les Écritures contiennent les choses que Dieu a révélées à ses enfants par l’intermédiaire des prophètes.

Sanctifier le jour du sabbat

À notre époque, le dimanche ressemble de plus en plus aux autres jours de la semaine. Beaucoup d’entre nous devons travailler, puis, nous essayons de faire tout ce que nous n’avons pas réussi à accomplir le samedi. Le weekend nous semble parfois être plus chargé que le reste de la semaine. Cependant le dimanche, ou jour du sabbat, est le moment d’adorer Dieu et de nous reposer de nos obligations quotidiennes. Après avoir créé la terre en six jours, Dieu a mis à part le septième comme jour de repos pour se souvenir. Le dimanche, nous pouvons passer du temps avec nos amis et notre famille, rendre visite aux malades et aux personnes seules, consacrer davantage de temps à l’étude des Écritures et aller à l’église. À l’église, nous chantons, nous prions, nous parlons de l’Évangile avec les autres membres de l’unité et nous prenons aussi la Sainte-Cène en souvenir du Sauveur. À l’église, les membres prennent la Sainte-Cène en mangeant le pain et en buvant l’eau qui ont été préparés pour symboliser le corps et le sang de Jésus-Christ. Nous pouvons alors prendre le temps de méditer sur l’aide apportée par Jésus-Christ et réfléchir à ce que nous pouvons faire pour respecter plus scrupuleusement les alliances que nous avons contractées avec lui.

Non seulement nous délaissons la tension qui accompagne une semaine de travail, mais nous montrons aussi notre respect pour Dieu en sanctifiant le jour de sabbat – rappel que nous devons ralentir le rythme de notre vie pour rendre grâce à notre Créateur. Nous devons attendre le dimanche avec joie, parce que c’est un jour où l’on s’attache aux choses qui ont vraiment de l’importance.

Le baptême et la confirmation

L’un des buts du baptême est de nous laver symboliquement de nos péchés et même Jésus-Christ, qui a mené une vie parfaite, s’est fait baptiser. Jésus s’est fait baptiser parce que c’est un commandement et qu’il voulait nous donner un exemple parfait d’obéissance aux conseils divins de notre Père céleste.

Par les ordonnances du baptême et de la confirmation, nous montrons que nous sommes disposés à prendre sur nous le nom de Jésus-Christ, ce qui signifie devenir chrétiens et faire de notre mieux pour toujours vivre comme tels. Dans un premier temps, nous sommes baptisés en étant immergés dans l’eau par une personne qui a l’autorité de Dieu pour le faire. Cet acte symbolise la mort, l’ensevelissement et la résurrection de Jésus-Christ ; il représente aussi la fin de notre ancienne vie et le début d’une vie nouvelle en tant que disciples. Après le baptême, une personne détenant l’autorité place ses mains sur notre tête, nous permet de recevoir le don du Saint-Esprit et nous confirme membre de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours.

Suivre le prophète

Avez-vous déjà entendu une personne raconter une certaine version d’une histoire, puis une autre raconter la version opposée et les deux semblaient vraies ? Avec tant de gens et d’opinions se disputant notre attention, comment savoir ce qu’il faut croire ? Pour nous aider à connaître sa volonté, pour nous aider à savoir ce qui est vrai, Dieu appelle des prophètes et des apôtres pour être ses porte-parole. Un prophète est un homme fidèle et juste choisi par Dieu pour parler en son nom ici bas. Les apôtres sont des prophètes choisis par Dieu pour être des témoins spéciaux de Jésus-Christ et de sa divinité. Pour parler au nom de Dieu, les prophètes et les apôtres doivent détenir la prêtrise, ou l’autorité divine, nécessaire pour exercer des responsabilités si sacrées.

Tout au long de l’histoire, Dieu a appelé des prophètes. La Bible nous parle de prophètes comme Adam, Abraham, Moïse, Paul et beaucoup d’autres. Nous croyons que Dieu a aussi appelé des prophètes pour nous guider aujourd’hui. Joseph Smith a été le premier prophète appelé dans la dispensation, ou génération, actuelle de l’Église et depuis lors, il y a toujours eu un prophète sur la terre. L’homme appelé à parler au nom de Dieu et à guider son Église aujourd’hui s’appelle Thomas S. Monson.

En nous exhortant à suivre les prophètes, Dieu nous demande, en fait, de rester proches de lui, comme lorsqu’il nous commande de prier souvent et de lire les Écritures. En écoutant les prophètes nous apprenons ou réapprenons ce que nous devons faire pour accepter l’expiation de Jésus-Christ et être dignes de toutes les bénédictions que Dieu veut nous donner. Dieu fait à ceux qui suivent les prophètes la promesse suivante : ils seront « héritiers du royaume de Dieu » (Mosiah 15:11).

Respecter les dix commandements

Après que Moïse a libéré les enfants d’Israël de leur captivité, il est allé au sommet du Mont Sinaï et a parlé avec Dieu. Quand Moïse est descendu de la montagne, il portait les dix commandements que le Seigneur lui avait révélés et gravés sur des tables de pierre. Des milliers d’années plus tard, nous respectons toujours ces commandements.

Respecter la loi de chasteté

Le pouvoir de procréer est un élément sacré du plan de Dieu. C’est une expression d’amour qui permet au mari et à la femme de créer la vie. Dieu a commandé que ce pouvoir et cette faveur que sont les relations sexuelles ne soient exercés qu’entre un homme et une femme légalement mariés. Ce commandement s’appelle la loi de chasteté. Cette loi a pour prérogatives ce qui suit : s’abstenir de toute relation sexuelle avant le mariage et faire preuve d’une fidélité et d’une loyauté totales envers son conjoint après le mariage. Dieu veut que nos pensées restent pures et que notre façon de nous vêtir, de parler et d’agir soit décente (Matthieu 5:27-28) Nous devons aussi fuir la pornographie et les relations homosexuelles.

Nous comprenons que les principes de la loi de chasteté distinguent l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours du reste du monde qui peut trouver ces principes bien stricts ; pourtant, de grandes bénédictions telles que la paix, l’estime et la maîtrise de soi découlent de l’obéissance à ce commandement.

Respecter la Parole de Sagesse

Les choses que nous consommons ou ne consommons pas font partie des signes distinctifs les plus manifestes de notre foi. Ils ont pour origine cette croyance qui est la nôtre : notre corps est un don précieux de Dieu. Nous croyons qu’il nous a donné des conseils sur la meilleure façon d’en prendre soin. En 1833, il a révélé à Joseph Smith une loi de santé appelée la Parole de Sagesse. La Parole de Sagesse interdit de boire de l’alcool, du café et du thé et de fumer. Cela signifie également que nous ne prenons pas de drogue et n’abusons pas des médicaments prescrits sur ordonnance.

La Parole de Sagesse nous recommande également de manger beaucoup de fruits et de légumes de saison, beaucoup de céréales et une quantité modérée de viande. Elle nous rappelle que nous devons consommer ces choses « avec prudence et actions de grâce » (Doctrine et Alliances 89:11). En plus de ces conseils explicites, l’Église nous apprend à mener, de façon générale, une vie saine en dormant suffisamment, en faisant régulièrement de l’exercice et en évitant les excès alimentaires. La Parole de Sagesse nous montre que Dieu se préoccupe de notre santé aussi bien physique que spirituelle. En déconseillant la consommation de substances qui peuvent entraîner une dépendance, cette loi souligne à quel point notre libre arbitre est important. Quand nous sommes dépendants de quelque chose comme la cigarette ou l’alcool ‒ et c’est valable pour n’importe quelle autre substance entraînant une dépendance ‒ nous devenons assujettis à cette chose. Notre capacité de prendre nos propres décisions et de contrôler notre vie diminue.

Comme notre objectif, en venant sur terre, est d’apprendre et de progresser en prenant nos propres décisions, nous comprenons pourquoi Dieu nous demande d’éviter les choses qui entravent notre libre arbitre. Quand nous respectons la Parole de Sagesse, Dieu ne nous promet pas seulement une meilleure santé, mais aussi « la sagesse et de grands trésors de connaissance » (Doctrine et Alliances 89:19). Le respect de la Parole de Sagesse est une clé qui nous aide à recevoir les directives de l’Esprit de Dieu.

Respecter la loi de la dîme

En rendant au Seigneur une partie de ce qu’il nous a donné, nous faisons avancer son œuvre sur la terre. Payer la dîme signifie donner un dixième de notre revenu à l’Église pour qu’il soit consacré à l’œuvre de Dieu sur la terre. Certains pensent que c’est difficile, mais en réalité, c’est une bénédiction. Depuis les temps anciens, Dieu a demandé à son peuple de respecter la loi de la dîme.

Dix pour cent de nos revenus, cela peut sembler beaucoup, particulièrement pour ceux d’entre nous qui vivent en se serrant la ceinture. Mais si nous respectons la loi de la dîme, Dieu promet d’ « ouvr[ir] pour vous les écluses des cieux [et de] répand[re] sur vous la bénédiction en abondance » (Malachie 3:10).

Une bénédiction peut revêtir de nombreuses formes. Parfois, le bienfait consiste simplement à faire plus avec moins, à trouver des moyens d’économiser de l’argent sans porter atteinte à notre bonheur. Souvent, le simple fait d’enlever dix pour cent d’un salaire nous incite à calculer plus soigneusement un budget pour les quatre-vingt-dix pour cent restants, et en se tenant à un budget, il devient plus facile de ménager son revenu. Quelle que soit la forme de ces bénédictions, le paiement de la dîme nous rappelle que les choses de Dieu sont plus durables que les choses du monde. Ainsi, nous nous souvenons que tout ce que nous avons vient de Dieu et que nous pouvons lui montrer notre reconnaissance en lui rendant une petite partie.

Respecter la loi du jeûne

Une fois par mois, Dieu nous demande de jeûner, c’est-à-dire de nous passer de nourriture et d’eau pendant deux repas consécutifs. S’il y a des problèmes de santé et d’âge (comme pour les tout petits), le jeûne peut être modifié pour s’adapter aux situations particulières. Mais certains disent que le jeûne sans la prière revient simplement à avoir faim. Nous choisissons une question ou un besoin particulier et, pendant le jeûne, nous prions pour avoir de l’aide. Moïse, David, Esther, Jésus et beaucoup d’autres ont jeûné afin de se rapprocher de Dieu et d’être plus réceptifs à ses conseils. Nous constatons que lorsque nous jeûnons et prions avec foi, nous sommes plus humbles et plus à même de ressentir l’amour de Dieu et de comprendre sa volonté. En jeûnant, nous montrons aussi que nous sommes disposés à maîtriser les désirs de notre corps et capables de le faire, ce qui peut être d’une grande aide lorsque nous rencontrons d’autres épreuves nécessitant ce genre de force.

L’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours demande à ses membres de jeûner le premier dimanche de chaque mois. On nous invite à

Respecter et honorer la loi

Nous croyons que nous devons respecter la loi du pays où nous vivons (Articles de Foi 1:12). On demande aux membres d’être de bons citoyens, de participer au gouvernement civil et à la vie politique, ainsi que de servir la collectivité en tant que citoyen actif et concerné.

Obéir intelligemment

Dieu ne veut pas que nous respections ses conseils divins aveuglément ou par peur du châtiment. Il veut que nous obéissions intelligemment, de notre plein gré. Nous avons besoin d’obtenir notre témoignage ou croyance personnelle que les commandements viennent véritablement de lui et qu’ils nous aident à mener une vie plus heureuse. Pour obtenir ce témoignage, nous devons faire preuve de foi. Nous devons avoir un réel désir et nous devons être disposés à faire tout ce qui est nécessaire pour savoir que ces choses sont vraies.
Dans le Livre de Mormon, notre Père céleste fait la promesse suivante :

Nous pouvons savoir par nous-mêmes que ces choses sont vraies. Lorsque nous saurons que quelque chose est vrai, nous aurons le désir de nous y conformer pour le reste de notre vie. Nous n’aurons pas l’impression que les commandements sont des règles arbitraires émanant d’un Dieu indifférent. Nous les considérerons comme des conseils divins qui nous permettent de tenir notre cap dans la confusion de la vie ici-bas. Nous verrons les bienfaits découlant de l’obéissance à ces directives dans notre vie quotidienne et nous aurons un plus grand sentiment de paix et de spiritualité.