mormon.org Monde entier

L’Église du Christ

L’Église de Jésus-Christ

Jésus-Christ nous promet beaucoup de choses, dont la réponse à nos prières et le repos de notre âme, si nous suivons sa voie. Nous avons tous besoin d’un peu de repos. Nous avons tous des difficultés avec quelque chose. Il nous dit à tous : Posez vos fardeaux. Laissez-moi porter votre charge. Passez des ténèbres à la lumière. Il nous promet aussi la paix. « Je vous laisse la paix, je vous donne ma paix. . . . Que votre cœur ne se trouble point, et ne s’alarme point » (Jean 14:27).

La carte routière qui conduit à notre Père céleste et à son fils Jésus-Christ est exposé dans l’Évangile rétabli et enseigné par l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours. Il faut commencer par se faire baptiser pour entrer dans le troupeau du Christ, contracter les ordonnances sacrées et prendre part à la fraternité qui existe au sein de son Église. Cette route conduit ensuite à une assemblée aimante dont les membres ont pour but d’édifier et d’être édifiés et finalement d’être sauvés dans le royaume de Dieu.

Nos membres

C’est à peine croyable, lorsqu’on songe que lors de sa création, en 1830, l’Église n’était constituée que d’une toute petite assemblée composée de quelques membres. Contrairement à une opinion largement répandue, il n’y a actuellement que quatorze pour cent des membres qui vivent en Utah et plus de la moitié d’entre eux vivent en dehors des États-Unis. L’Église compte près de trente mille assemblées et plus de cent trente temples dans le monde entier. Elle diffuse un magazine mensuel dans cinquante langues et a publié plus de cent millions d’exemplaires du Livre de Mormon, dans plus de quatre-vint-treize langues. Elle envoie plus de cinquante mille missionnaires dans cent soixante-deux pays et le nombre de ses membres ne cesse de grandir. Tous les dimanches, nous nous réunissons dans des assemblées locales appelées paroisses ou branches pour adorer Dieu et nous instruire. Un évêque ou un président de branche consacre chaque semaine de nombreuses heures à diriger son assemblée, sans aucune rémunération en retour.

Faites connaissances avec nos membres

Servir dans l’Église

Imaginons que notre voisine tombe gravement malade. Elle prie avec ferveur pour que Dieu lui procure la paix et l’aide nécessaire pour qu’elle puisse se rétablir et s’occuper de ses enfants. Dieu entend ses prières et envoie l’un de nous pour l’aider. Si nous prêtons attention à ces incitations spirituelles, nous saurons qu’elle a besoin d’une visite, d’aide avec ses enfants et peut-être d’une repas chaud. Quand nous nous rendons service mutuellement, c’est Dieu que nous servons. Nous servons aussi bénévolement au sein de notre communauté, par exemple en enseignant à l’École du dimanche, en travaillant avec les jeunes, en organisant des projets de service et en entretenant le bâtiment de l’Église.

Les bénédictions du temple

Pourquoi les mormons construisent des temples 3 mn14 s

Existe-t-il plus grande paix que de savoir que vous pourrez vivre avec votre famille après votre mort ? L’objectif principal de nos quelque cent trente temples est d’unir les familles pour l’éternité. Lorsqu’un homme et une femme sont mariés dans un temple, leur mariage ne se termine pas à la mort mais peut durer à jamais. Dans les temples, les membres peuvent aussi accomplir des ordonnances importantes pour les membres de leur famille qui sont décédés avant d’avoir eu l’occasion de se faire baptiser dans l’Église. Cela signifie que, même après leur mort, ils peuvent encore accepter le plan de salut de Dieu. Toute le monde est invité à visiter les jardins magnifiquement aménagés qui entourent n’importe lequel de nos temples. Les visites guidées qui précèdent la consécration d’un temple à son œuvre sacrée sont également ouvertes à tous ; ensuite, seuls les saints des Derniers Jours qui en sont dignes peuvent y entrer.

Un peuple d’alliances

Une alliance est un accord solennel entre Dieu et ses enfants. En faisant la promesse sacrée de respecter les commandements de Dieu, nous devenons un peuple d’alliances. Le Seigneur a enseigné : « Si vous m’aimez, gardez mes commandements » (Jean 14:15). Le fait même qu’il nous aide à retourner auprès de lui prouve son amour pour nous. Pour que les alliances soient valables, nous participons à des cérémonies sacrées appelées ordonnances, dirigées par quelqu’un qui détient l’autorité de Dieu.

Jésus est baptisé par Jean Le premier est le baptême. Le baptême ouvre la voie et est le début du chemin qui nous ramènera en sa présence. Cette alliance est un engagement que nous prenons de suivre Jésus-Christ toute notre vie. Il symbolise la fin de notre ancienne vie et le début d’une nouvelle vie de disciple du Christ. À mesure de notre route pour retourner à Dieu, nous acceptons d’autres alliances et recevons d’autres ordonnances. Les hommes dignes peuvent être ordonnés à la prêtrise. Dans nos temples, l’une des alliances les plus importantes que nous contractons est l’ordonnance du mariage qui unit un homme et une femme pour l’éternité. Leurs enfants peuvent alors faire partie de leur famille éternelle.

En savoir plus sur les commandements de Dieu

L’étude des Écritures

Il est difficile d’imaginer que quelque chose qui a été écrit il y a plus de mille ans puisse nous aider aujourd’hui. Mais comme la sagesse de Dieu est intemporelle, nous pouvons lire les Écritures et mettre en pratique, de nos jours, les leçons qu’elles contiennent. Ce sont des guides qui nous aident à affronter les difficultés de la vie. Il s’agit aussi de la littérature la plus stimulante de tous les temps qui offre espoir et réconfort dans n’importe quelle situation. Dieu nous demande d’étudier ses Écritures afin de connaître sa volonté. Nous reconnaissons comme Écritures les livres suivants : la Bible (édition du roi Jacques), le Livre de Mormon, les Doctrine et Alliances et la Perle de Grand Prix.

En savoir plus sur le Livre de Mormon et sur la Bible

Prier souvent

N’importe qui peut prier, n’importe où et n’importe quand. Que nous soyons à genoux, assis ou debout, que nous priions à haute voix ou en silence, à plusieurs ou seul, Dieu nous entendra et nous répondra. La prière est si facile et si simple que nous n’apprécions peut-être pas autant que nous le devrions la faveur qu’elle représente. C’est une ligne de communication directe avec notre Père céleste qui veut nous aider dans tous nos problèmes et toutes nos questions. Bien qu’il ne réponde pas toujours immédiatement ou de la façon attendue, nous croyons les Écritures lorsqu’elles disent : « Demandez, et l’on vous donnera; cherchez, et vous trouverez; frappez, et l’on vous ouvrira » (Matthieu 7:7).

Soutenir nos dirigeants

Les mormons sont membres de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours et s’engagent à honorer et à suivre la volonté de Dieu, annoncée par ses prophètes et ses apôtres. Cela signifie que nous écoutons leur paroles dans un esprit de prière, que nous les soutenons et que nous prions pour leur bien-être. Les femmes, comme les hommes, font des missions, ont des postes à responsabilités, siègent dans les conseils de dirigeants et enseignent et prient régulièrement dans les assemblées, lors des services religieux. Les femmes dirigent plusieurs organisations mondiales au sein de l’Église, notamment la Société de Secours, la plus grande organisation féminine du monde, l’organisation des Jeunes Filles qui s’occupe des jeunes filles de douze à dix-huit ans et l’organisation de la Primaire qui instruit les enfants de dix-huit mois à douze ans. Les occasions de servir sont presque infinies et, en travaillant ensemble, les femmes et les hommes de l’Église s’efforcent de répondre à l’appel du Sauveur qui a demandé à ses disciples de paître ses brebis (Jean 21:16-17).

Se préparer

Presque chaque semaine, nous entendons parler d’une nouvelle catastrophe qui s’est produite quelque part dans le monde. Mais les catastrophes peuvent aussi nous toucher personnellement, au sein de notre foyer : des désastres comme la perte d’un emploi, le surendettement, une blessure grave, un prêt immobilier que l’on ne peut plus rembourser, etc. Nous estimons que nous devons nous préparer autant que possible à de telles difficultés. Par exemple, on nous conseille d’avoir des réserves suffisantes de nourriture, d’eau potable et d’argent.

L’aide humanitaire et les services d’entraide

Quand des tremblements de terre et des inondations dévastent certains endroits du monde, l’Église intervient presque systématiquement : les membres viennent au secours des populations. Nous ne faisons aucune discrimination religieuse, ethnique ou nationale. Cent quarante-sept pays ont bénéficié d’une aide évaluée à des dizaines de millions de dollars par an. Porter les fardeaux les uns des autres et être les mains de Dieu sur la terre font partie de son plan. Le programme d’entraide de l’Église vient aussi au secours des personnes autour de vous qui sont dans le besoin, en leur apportant un soulagement temporaire sous forme de nourriture, de vêtements et d’aide dans la recherche d’emploi. S’ils le peuvent, les bénéficiaires ont la possibilité de travailler en échange de l’aide reçue.

La dîme et les dons du jeûne

Le Seigneur nous a commandé de payer un dixième de nos revenus comme dîme qui sera utilisée pour édifier son Église ici-bas. Dans l’Église, il n’y a pas de clergé rémunéré. Dieu a promis de grandes bénédictions aux personnes qui paient la dîme. En payant la dîme, nous montrons aussi que les biens matériels et l’accumulation des richesses ne sont pas la priorité dans notre existence. La dîme n’est pas une chose nouvelle. Elle existe depuis l’époque de l’Ancien Testament, avant la naissance du Christ (voir Malachie 3:8-10). Une fois par mois, nous nous passons aussi de nourriture et de boisson pendant deux repas consécutifs et faisons un don du jeûne équivalent à la valeur de ces deux repas. Les évêques peuvent se servir de ces dons pour prendre soin des nécessiteux dans leur région.

La proclamation de sa parole

C’est ce que font nos quelque cinquante mille missionnaires à plein temps. Vous les avez probablement déjà vus dans les rues de votre ville. On les remarque, parce qu’ils ou elles se déplacent par deux, portent un costume sombre (pour les hommes) ou une robe (pour les femmes)et un badge où est inscrit leur nom. La plupart ont moins de vingt-cinq ans, mais il y également beaucoup de retraités qui choisissent de servir. Leur engagement comme leur dévouement est remarquable, quand on songe que la plupart d’entre eux rendent un service d’une durée de dix-huit à vingt-quatre mois et financent entièrement leur mission, à part le trajet aller pour se rendre dans le champ de la mission et le retour chez eux. « Ce sont les deux meilleures années de ma vie ! » disent souvent les missionnaires une fois de retour chez eux.

Nous répandons aussi la parole du Christ et l’enseignons chez nous, dans notre voisinage et dans nos assemblées. À l’Église, tous les membres, y compris les enfants et les adolescents, font des discours portant sur l’Évangile à la chaire. Nous enseignons des leçons sur l’Évangile à la Primaire (organisation pour les enfants), aux Jeunes Gens et aux Jeunes Filles (organisations pour les jeunes).

Nous enseignons des leçons sur l’Évangile à la Primaire (organisation pour les enfants), aux Jeunes Gens et aux Jeunes Filles (organisations pour les jeunes), à la Société de Secours (organisation pour les femmes adultes) et à la Prêtrise (pour les hommes). En semaine, nous donnons des cours d’éducation religieuse aux adolescents et aux étudiants. Faire connaître le message de Dieu par nos paroles et nos actions fait partie intégrante de notre vie.

Rencontrez les missionnaires mormons de votre région

Aider notre prochain

Nous annonçons la parole de Dieu quand nous accomplissons ses œuvres. Cela signifie que nous étendons notre influence au-delà de nos assemblées. Par exemple, nous servons la collectivité et nous aidons les pauvres et les nécessiteux. Le Christ a dit :

« Toutes les fois que vous avez fait ces choses à l’un de ces plus petits de mes frères, c’est à moi que vous les avez faites » (Matthieu 25:40).

Les premiers mormons ont subi beaucoup de persécutions parce que leurs voisins voyaient en eux une menace commerciale, politique et religieuse. Même aujourd’hui, certains ont plaisir à se moquer de nous à cause de certaines de nos croyances jugées peu conventionnelles, comme le fait de ne pas boire d’alcool, de rester chastes avant le mariage ou de porter des vêtements décents. Tout en nous encourageant à aller chercher les autres pour les ramener dans le troupeau, les dirigeants de notre Église nous incitent à respecter et à admirer les religions du monde. Ils nous mettent en garde contre le piège de l’autosatisfaction.

L’histoire familiale

« Pourquoi un tel intérêt pour la généalogie ou l’histoire familiale ? » nous demande-t-on souvent. C’est parce que nous croyons que les bénédictions suprêmes reçues dans nos temples sont les cérémonies qui unissent les hommes, les femmes et les enfants en familles, éternellement. Nous voulons que chacun ait une chance d’en bénéficier, même nos ancêtres qui sont déjà morts ; c’est la raison pour laquelle nous accomplissons pour eux les rites du temple, par procuration. Dans le monde des esprits, les personnes qui sont décédées ont ainsi l’occasion de les accepter ou de les rejeter. Par conséquent, les recherches généalogiques ou l’histoire familiale sont indispensables à l’œuvre du temple pour les morts.

Puisque des millions de personnes à travers le monde s’intéressent à l’histoire familiale pour différentes raisons, nous mettons nos collections de registres microfilmés ou numérisés à la libre disposition de chacun. En fait, la Bibliothèque d’Histoire Familiale de Salt Lake City (Utah, États-Unis) est la plus grande bibliothèque généalogique du monde et permet d’accéder à de nombreuses d’archives dans lesquelles figurent les noms de plus de deux milliards de personnes décédées. Nous gérons aussi l’un des services généalogiques gratuits en ligne les plus connus sur www.familysearch.org . Ce site contient un milliard de noms provenant de plus de cent dix pays et territoires et comprend, entre autre, le recensement américain de 1880, le recensement canadien de 1881, le recensement britannique de 1881, les bases de données d’Ellis Island et les registres de la Freedman’s Bank.

Pourquoi l’histoire familiale est-elle importante ?